Informations pratiques sur le visa de travail pour l’Australie

Août 12

L’Australie est un pays à très fort potentiel économique. Bénéficiant d’une consommation intérieure suffisante, elle n’a pas connu la récession durant la crise qui a secoué le monde entier. Dans ce sens, beaucoup d’investisseurs se sont intéressés à cet État et n’ont pas hésité à y implanter leurs sociétés. Pour Mr tout le monde, s’y rendre pour des motifs professionnels reste cependant assez difficile malgré quelques mesures prises par les autorités australiennes.

Demander un visa de travail pour l’Australie

Deux types d’autorisations de séjour permettent aujourd’hui d’effectuer un voyage d’affaires en Australie. Le plus sollicité par les travailleurs et les stagiaires est le WHV ou Working Holiday Visa. Ce dernier est valable pendant une année et donne l’opportunité à tout un chacun d’assurer un poste sur le sol australien. Durant cette période, l’employé peut entrer ou sortir du pays comme bon lui semble. Aucune démarche supplémentaire n’est à réaliser à chaque déplacement. Toutefois, il doit justifier la demande de ce visa avec une pièce attestant de son embauche. En outre, il est important de noter que le bénéficiaire de cette mesure ne peut pas travailler pour le même employeur dans un délai excédant 6 mois. Dans ce sens, ce type d’autorisation a quand même son lot d’inconvénients. Pour pallier ce dernier, le gouvernement australien propose également la célèbre ETA ou Electronic Travel Authorization. Ne nécessitant pas de justificatifs concernant son embauche, elle est plus indiquée pour les voyages d’affaires.

Visa

Les conditions d’obtention d’une ETA d’affaires

Il est donc clair que la WHV convient plus aux travailleurs qu’aux businessmen. Pour ces derniers, une autorisation de voyage électronique est plus adéquate. D’ailleurs, ce document semble également plus facile à obtenir. Afin de s’en munir, il suffira de remplir un formulaire eta Australie sur une page dédiée. À cette occasion, le demandeur aura aussi à fournir les scans de certains papiers administratifs.

Au terme de la procédure, il devra valider et envoyer son dossier en payant une somme dérisoire. Après analyse de son profil, les autorités compétentes lui font parvenir leur réponse. Quoi qu’il en soit, le taux de refus reste assez élevé. Comprenant ce problème, certaines plateformes web proposent un accompagnement durant toutes les démarches. Leur aide s’avère précieuse pour obtenir un ETA pour un déplacement urgent.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *